Les personnalités de Touggourt -Redjel Leblad

<

Dioua "Benchenna Mohamed"

Dioua

Mohammed Lakhdar Lakhdari

vendredi 16 avril 2010, 09:27

Son nom de guerre connu est : Si Mokhtar, est né le 19/12/1927 au Dour - Elaàlia Daïra de hédjira - Wilaya de Ouargla.

Son père était : ElHadj Mohamed El aïd ben Lakhdar, sa mère : Rekia bent Mihoub (Mihoubi).

Il est issu de la famille LAKHDARI qui faisait partie du Douar : ouled Sayah, descendant de SidiM'hamed Essayeh ben Ahmed, benAli, ben Yahia (à la fin du 15eme siècle).
Il apprit tout le coran dés l'âge de 15ans et suivit des cours sur la langue et la grammaire, auprès de son cousin le poète Mohamed Lakhdar Essaihi.

Marié à Aicha Arbaoui, il eut deux fils : Mohamed (52) et Hachem (1954).
En 1946, il rejoint l'université Ezzitonna de Tunis et obtient un diplôme.
Durant la même période il suivait des cours (de nuit) à la médersa, ELKHALDOUNNIA.
Au cours de son séjour à Tunis, Mohamed Lakhdar militait au sein du mouvement National et était membre de l'association, des Etudiants Algériens présent à l'université Zi tonna. Parmi ses collègues il y avait : Etteli Ben cheikh, Abdelhamid Ben Hadougua et Lamine Bechichi et d'autres.

En dehors du cycle des Etudes il avait des relations avec de nombreux grands professeurs de l'Université et des scientifiques Tunisiens tels que : Cheikh Ali Ben khodja, Cheikh Lakkani, Cheikh Teggourti, Cheikh Mokhtar El ouazir, et le Cheik El Fadhel ben Achour (qui était son professeur dans la médersa Khaldounnia, ainsi qu'il était ami avec le poète journaliste Mohamed Merzougui.

Pendant les vacances d'été il rendit visite à sa famille dans son lieu de naissance. Il aimait la lecture, était impressionné par le mouvement National et ses hommes aussi que le rôle joué par les militants Tunisiens, pour libérer leur pays.

En 1953 il débuta les études supérieures à l'Université Zitonna, puis cessa et retourna en Algérie où il séjourna pendant une courte période près de son père qu'il aida dans le domaine agricole avant de rejoindre la capitale en passant par Batna (en été1954).

En septembre 1954 il rejoint la Médersa libre " ESSABAH " (à BAB EDJEDID) comme directeur et professeur en même temps que d'autre militants tels que : Zoubir Ethaalibi, Mokhtar ben Djeddou et khaled Kouidri-

Au cours de sa présence à Alger, Mohamed Lakhdar était parmi les responsables FLN chargés de l'organisation et la sensibilisation de peuple.
Très recherché par les services de police français, il se cacha ainsi, que d'autres compagnons, pendant quelques temps (chez le cheikh baba Amar à la grande mosquée) avant de rejoindre la région de Ouled Chebel où se trouvait un refuge du FLN.

De là il rejoint le PC de la W4 d'où il fut désigné comme Morchid et SI M'hamed Bougara lui a confié plusieurs missions avant d'être nommé responsable de la zone du Sahel (zone6).

Il a fait partie du SPI de la wilaya (service de propagande et d'information) ainsi que Boualem Oussedik, Abdelkader Ziri, Ahmed Arslane, Abdellaoui, et Abdelkrim Fekhar.
Au moment où il dirigeait la W4, Si Salah insistait auprès de Si Mokhtar pour diffuser les informations en arabe et en français.

Après la tombée au champ d'honneur de SI Lyès Baba Ali en 1961, Si Mokhtar fut nommé responsable politico-militaire de la zone5 -W4 avec le grade de capitaine.

Il tombe au champ d'honneur ainsi que son compagnon Ahmed Ben Saad (lieutenant) après un accrochage avec les troupes coloniales (qui a duré de 16h à 21h) et a obligé l'ennemi d'utiliser les lutioles pour éclairer la zone et le bombardement par l'aviation.

L'accrochage a eu lieu dans un refuge à Beni Yahia - ouled maaref daïra Ain Boussif -wilaya de Médéa. Les deux corps de Chouhadas reposent au cimetière de BIRINE.

Tous ceux qui ont connu Si Mokhtar, comme étudiant, professeur on Moudjahid témoignent d'un militant aux grandes qualités morales, d'une modestie exemplaire, courageux et très calme dans les moments difficiles du combat.

Il insistait toujours sur le contact avec le peuple et son lien avec la Révolution, ainsi qu'il défendait l'unité nationale notamment au moment où le colonialisme, a voulu séparer le Sahara du nord de l'Algérie et pour contrecarrer le rôle joué par le traitre HAMZA Boubakeur, il contacta à Temacine le cheikh Ahmed Tidjani, chef de la Zaouïa Tidjania, ainsi que l'Aménocal AKHAMOUKH (touareg).

Hadj Marmouri

Hadj Marmouri

D'Origine Mozabite ce grand Monsieur a ma connaissance est né en 1924 et grandi à Touggourt ayant hérité du commerce de ces parents , il a su profiter et faire profiter les autres , surtout les vieilles veuves et les femmes n'ayant aucune ressources . Il leurs permettait de faire de son commerce du porte à porte un moyen de survie qui leur permettaient de faire face au exigence de leurs ménages et leurs enfants à l'exemple de Fanna Tima qui transportait un fardeau qui faisait deux fois son poids , Mamma Khalti et tant d'autres . Ces dames entraient dans les maisons , leurs foulards (Sora) charges sur le dos plein de trucs et surtout de divers tissus , elles présentaient leurs échantillons collectaient les commandes et le lendemain , elles la ramenaient aux concernées , recevaient l'argent , prélevaient leur part .Il est décédé suite à une attaque terroriste sur la route El Hadjira- Lagrara , Le 5 Septembre 1996 Allah Yrham Echahid El Hadj Marmouri .

Taleb Seddik Benchenna

Taleb Seddik Benchenna

Chahid ADAMOU Mohamed Bahri (Abi)


dimanche 14 mars 2010, 21:54

Le Chahid ADAMOU Mohamed Bahri ,natif de Touggourt est tombé au champs d"honneur en 1961; dans son bureau de la société l'AIR LIQUIDE au Champ de Manoeuvre à ALGER ,tué par l'oas .
Le Chahid était chef des Moussebilines dans la région d'El Harrache,Kouba et Hussein dey à L'époque.
Né en 1924 0 Touggourt il s'installa dons les 40 à Alger pour des raisons politiques accompagné' de ses deux frères Brahim et Abderrahmane.

Chahid Boulifa Med Omrane (Abi)


dimanche 14 mars 2010, 21:58

Cet homme qui s'est voué corps et âme à la cause de son pays est tombé au champs d'honneur dans une palmeraie où il s'était réfugié avec ses hommes à Touggourt.

MERIEM BACHIR

MERIEM BACHIR

Hadj El Naoui

Hadj El Naoui

De son vrai nom Lakhchakhech Ahmed dit El Naaui né en 1894 et décédé en 1994 .Il était fellah avant devenir négociant de Dattes .

Petite Soeur Magdelaine

Petite Soeur Magdelaine

lundi 9 août 2010, 17:23

Sidi Boudjenane , Une Gara de Dune , petit hameau , prenant figure d'un petit Ksar ou habitait quelques individus ,originaires de Goug ,Temacine, et quelques Taibati sous les tentes et Zraieb , il y avait aussi des Nouaiels . Durant les années qui précédèrent le centenaire de l'occupation , les autorités françaises ont entamés un forage en prospection d'eau potable , considérant la profondeur qu'ils devaient forés , ils ont commencés à construire une bâtisse qui devait abriter les foreurs qui au bout de 900 mètres n'ont pas pu terminés leur forage à cause d'un problème technique ce qui devait les retenir encore sur le site et les obligés à améliorer leurs lieus d'hébergement , mais au bout de quelques mois , l'eau remontante jaissait du forage sans aucune force motrice . En 1932 arrivait à Touggourt La petite Soeur Magdelaine Hutin Hutin naît le 26 avril 1898 à Paris, mais sa famille est originaire de Seuzey, en Lorraine, près de la frontière allemande. Son père lui communique son amour des Arabes: à l'âge de trente ans, en Tunisie, alors qu'il a la jambe cassée, il fait une longue expédition à cheval pour sauver un petit enfant malade. A la suite de cet acte, il reste handicapé et sa famille connaît une certaine pauvreté.
Pendant la première guerre mondiale, Magdeleine perd sa grand-mère, ses frères, sa sœur. Son idéal d'unité s'enracine dans cette expérience concrète de souffrance et de divisions entre les peuples. Elle s'installe à Sidi Boudjenane et Créa la congrégation des Petites Soeurs de Jésus .

Hommage à Jeanne Dri Jeanne Andrée

lundi 9 août 2010, 17:42

Pour être sincère et partial , il me fallait dire un petit mot en hommage a Ma Petite SoeurJeanne Dri de son vrai nom Jeanne Andrée , la soeur qui a en quelque sorte enfanter la majeur partie des enfants âgés maintenant de plus de 50 ans de Nezla , cette soeur au service de l'humanité est arrivée à Touggourt en Décembre 1951 , et était Sage femme , elle opérait auprés des nomades et démunis , elle s'est consacre corps et âme a aider et secourir les gens , elle a ouvert l'hospice de Sidi Boudjenane et c'est elle la pierre angulaire de la communauté qui l'habitait et qui était en majorité des venants de Goug et Tamelaht ,Temacine , ils ont trouvés auprès d'elle la protection des sévices des maladies de la pauvreté et de la faim , et elle a trouvé en eux la main d'oeuvre nécessaire pour le Djenan de l'hospice et la construction de son extension , une légende d'humanisme et de partage , à travers ces quelques petits mots j'espère lui rendre hommage au nom de toute la population de Touggourt .

El Barah Baba Ali ( Le crieur Public)

lundi 9 août 2010, 17:53

El Barah Baba Ali "Fouk"( Le crieur Public)

C'était un grand homme de taille , d'une voix très roque , très pércente , il n'avait rien fait dans sa vie que de crier , cela lui à valu la mission de crieur public et l'estime de toute la ville .Sa femme Tarouka était fétiche de très petite taille ; elle avait un petit handicap de pied , elle marchait en dandinant .
Les commandes de la criée se font généralement la nuit pour les administrations et les Djemaas , mais les urgences se font en suivant la résonance et les échos de sa voix .
Tôt le matin , il commence sa tournée faisant les grandes artères et les rues les plus fréquentées de la ville, puis il va faire la même chose au niveau du marché .
Ses criées consistaient à / Si jamais quelqu'un à oublier ou perdu quelque chose en tel endroit au importante soit elle qu'il vienne la chercher chez tel en la décrivant .
/ Dieu est éternel en son trône , tel ben tel est décédé la prière se fera à la mosquée telle l'enterrement se fera dans tel cimetière .
Pour faire peur aux garçons et éviter leurs taquines , il est toujours munis de son Mendjel , il était la cellule de communication il véhiculait de cette façon toutes les nouvelles de la ville . (Allah Yarhmou)

Ammi Sadek Hadjsaid

dimanche 4 juillet 2010, 21:43

Ammi Saddek , Mardi passé , Je discutais avec mon Oncle Ahmed dit Dahmane concernant les anciens sportifs de Touggourt , nous avons évoqués avec beaucoup de nostalgie , le rôle que jouait Ammi Saddek Hadjsaid "Sobba sobriquet acquit du fait de son métier de cuisinier des cantines scolaires" ,durant les matchs de derby surtout lorsqu'il s'agit de la SNTR et L'EST .
Nous avons convenus de lui rendre visite dés qu'il se rétablira pour qu'il nous raconte son histoire , nous ne savions pas que le destin décidera autrement , Ammi Saddek s'est éteint suite à une longue maladie .Il était un supporter exemplaire , un sportif de première catégorie , un dynamique fair play . Il prenait toujours le soins d'avoir à son côté son sac d'orange et son seau d'eau bien fraîche et sa boite de pharmacie , pour assurer la désaltération de ses joueurs ,et les premiers soins nécessaires , il les chérissait comme ses enfants : Hommage a Ammi Saddek Allah Yarhmou w Ywasaa Alih .

Amma Amicha

mardi 10 août 2010, 11:56

Chaque année , la vielle et humble Ma Amicha , une grande dame que j'ai toujours respecter et chéri , prend le taureau par les cornes et décide d'organiser le fameux carnaval de Baba Merzoug en hommage au grand seigneur Merzoug le génie créateur du canon géant Baba merzoug qui à défendu les remparts de la ville d'Alger pendant longtemps .
Je ne me rappelle pas de la saison mais dont je suis certain c'est que cela se passer dans un temps printanier.
La dame en bonne allure s'investie complètement dans son devoir de préparation du carnaval ,en achetant un grand bouc de couleur plutôt noire , et fait en sorte qu'il soit couvert d'un échappe verte , des amulettes et des foulards multicolores autour du cou . En enduis son front et ses pattes avec du Henné .
Les grands adeptes sont convoques d'Ouargla et de Biskra (Ben Saci …etc) . Le jour du carnaval venu , la tournée commence à l'aube en traine le bouc les gens tentent de le toucher ; quelques uns ayant de nouveaux nés les remettent au cheikh pour les égorger ce qui veut dire leurs toucher le front avec un bâton après l'avoir saliver .
La tournée fait la quête d'argent et de produits alimentaires pour assurer la préparation du Maarouf , et en échange on donne du jawi ou du bkhour pour montrer la gratitude. et elle dure pendant toute une semaine dans la joie et la liesse des danses , le dernier jour le bouc est amené sur la grande place et égorgé pour entamer la préparation de la fameuse Zerda .

Lachemi Siagh

Né à Touggourt, Lachemi Siagh y fait ses études primaires et secondaires. Pour ses débuts, il est à la SNS, Société Nationale de Sidérurgie, un des fleurons de l'industrie algérienne des années 70. Fonctionnaire international auprès de l'Organisation arabe pour le développement industriel (AIDO), Lachemi Siagh, s'inscrit ensuite aux HEC de Montréal et en sort avec un diplôme en sciences administratives, une maîtrise en administration des affaires et un doctorat en management stratégique. Rentré en Algérie, il se voit confier, avec un groupe d'experts internationaux, d'importants dossiers comme ceux de la gestion de la dette de l'ةtat et la réforme financière auprès de la Direction Générale du Trésor. Directeur de la revue Stratégica, il est un observateur vigilant de la réalité économique et financière.
Lachemi Siagh, est titulaire d'un MBA et d'un doctorat en management stratégique d'HEC Montréal, fort d'une double culture occidentale et islamique et d'une expérience acquise auprès des plus grands, Caisse de Dépôt et Placement du Québec à Montréal, Exportation et Développement Canada à Ottawa, SNC-Lavalin Capital à Paris, Fonds Monétaire Arabe à Abu Dhabi et Compagnie Inter-Arabe pour la Garantie des Investissements au Koweït entre autres. Il dirige Strategica, un cabinet de conseils en management et en ingénierie financière.

HOMMAGE A NOTRE FRERE ET AMI DJEBALI BRAHIM

vendredi 12 novembre 2010, 20:32

J'ai senti qu'il est de mon devoir de rendre un hommage à notre regretté ami et frère , au généreux et sensible Brahim qui nous a quitté précipitamment , dieu a voulu ainsi , un ami irremplaçable , et qu'aucune personne ne peut denier son énergie et son coeur si grand . Allah yarhamak ya Brahim .

CHEETA UN MORT VIVANT UN VIVANT MORT

Une personnalité qui a fait la joie de la jeunesse de son temps , il était le jeune le plus futé et le plus grand conteur des films western Far West , il était aussi le premier à se présenter au guichet du cinéma ABC de Touggourt pour pouvoir récolter le plus de ticket d'accès qu'il revendait comme bon lui semble ,il était soit disant maître nageur à la piscine municipale de Touggourt , située au niveau de la palmeraie El Mérabtine ; ou il faisait beaucoup plus rigoler les gens que leur apprendre à nager , il était quand même vivant et sportif , bagarreur . Aujourd'hui totalement anéanti , abattu par la maladie , il ne quitte plus ce mur , j'ai rédigé ces mots pour un rappel de mémoire et de compassion .

LE CADI POETE HAKKI MOHAMED SAYAH TIDJANI