Les Menuisiers de Jadis ...

<

Les Menuisiers de Jadis ...

Les Menuisiers de Jadis ...

jeudi 29 avril 2010, 20:14

Le patron de l'atelier est un homme fort . Dès le matin de bonne heure on l'entend travailler et on entend résonner son marteau. Il travaille parfois tard dans la nuit, quand il a beaucoup de travail et que les gens réclament ce qu'ils ont demandé. Que fait-il donc pour que les gens aient ainsi besoin de lui ? C'est ce que nous allons voir maintenant en quelques mots.
Pour une maison on a besoin de portes, de fenêtres, d'étagères, de petites tables à thé ou à manger, de grands coffres (Cantinas) pour ranger les affaires- Certains veulent une armoire fermant à clé. Les ouvriers agricoles veulent faire réparer Les poignées de leurs manches d'outils. Les propriétaires de charrettes abîmées vont le trouver. Pour ces travaux et d'autres, c'est à lui que nous avons recours. . Il a acheté ses outils ici ou il les a fait venir d'ailleurs. Il ne trouve pas ici le bois qu'il désire parce qu'à Touggourt le bois de palmier est impropre à la menuiserie. Le bois dont il se sert vient de Djelfa ou d'ailleurs.
Il fabrique des caisses aux arêtes couvertes de tôle, des caisses peintes de couleurs vives, rouge, bleu, vert, car ces couleurs plaisent aux Arabes (Nomades) et aux Touggourtis. Si nous passons sur elles La main, nous nous rendons compte de ce que ces planches ne sont pas finement rabotées, qu'elles sont rugueuses, que parfois elles ne joignent pas bien et qu'il y a du vide entre elles. Il fabrique ces objets à la demande des clients ou bien pour les exposer à la vente, il ne risque pas le chômage et ne se soucie guère des concurrents meilleurs que lui, car il n'y en a pas. Il a de nombreux clients, pas seulement des Touggourtis,
Son atelier ne se distingue en rien des autres maisons au milieu desquelles il se trouve. II a aménagé sa maison en fonction de son travail et pour y recevoir des clients. C'est une maison ordinaire, avec son mur-chicane face à la porte d'entrée, son patio avec les chambres autour- Au fond du vestibule, il y a le bassin en ciment où il garde l'eau pour la trempe. Contre le mur, une petite armoire est pleine de pièces de cycles. On y voit aussi un plateau de phonographe. Par terre, près du mur, des roues de vélo.
Entrons dans le patio . Il te sera malaisé de circuler parce qu'il est encombré de bien des choses. Que voyons-nous en premier lieu , une perceuse. Elle est surmontée d'une grande roue très lourde qui entraîne la mécanique. Cette machine date de son père, qui fut lui aussi forgeron. Son fils continue son travail et essaie de faire mieux que lui. Sur notre gauche, tu peux voir des enfoncements dans le mur pleins de morceaux de fer de toutes sortes et des outils pendus au mur. Au pied du mur et contre lui, une grosse table huileuse maintenue par deux barres de fer plantées en terre. Sur cette table, des lampes à carbure, des boîtes, des clous, des clés, depuis la toute petite à la très grosse, des ustensiles de cuisine, etc.
Le charpentier travaille les troncs de palmiers, Il les abat, les met au sol, les façonne en poutres, auges d'irrigation, madriers plats pour portes, poutres de coffrages de puits ascendants, baquets-auges, montants de métiers à tisser et ensouples.

Les Oasisiens ont toujours considéré le travail du bois comme un métier noble; aussi rencontre-t-on des menuisiers dans toutes les rues de la ville - Ils font des portes et des fenêtres ; ils fabriquent aussi des coffres qui, ensuite recouverts de dorures grossières ou simplement peints en couleurs vives, sont utilisés comme garde-robes par les gens de la campagne.
Quelques menuisiers particulièrement habiles confectionnent des meubles en bois découpé ou ajouré qui ne sont pas dénués d'élégance. Ils trouvent à vendre quelques-uns de ces objets aux Européens- Malheureusement, faute de ressources et d'esprit d'initiative, ils n'emploient que du bois blanc de mauvaise qualité, ce qui déprécie beaucoup leur fabrication. De plus, comme le temps ne compte guère pour eux, ils ont trop souvent le tort de ne pas exécuter les commandes dans le délai convenu, ce qui naturellement indispose la clientèle.