Les Festivités d'Achoura

<

Les Festivités d'Achoura

"Achoura commémorerait le sauvetage de Moïse ; celui d'Abraham qui échappa à la fournaise ardente après avoir brisé les idoles ; le triomphe d'Adam sur Satan le Lapidé, maître du feu qu'éteint le liquide de l'Achoura; le séjour d'Enoch au Paradis; le sauvetage de Jonas rejeté, par la baleine sur le rivage ; le triomphe de la vertu de Joseph sur les passions incendiaires de la femme de Putiphar ; l'entrée de Noë dans l'Arche ; la guérison de Job, sans doute par la vertu purifiante de l'eau ; le recouvrement par Salomon de son anneau perdu dans la mer ; enfin l'ascension de Jésus-Christ ."

Dans l'Oued R'ir, le repas abondant où figurent surtout les fèves est de rigueur; on doit manger ce Jour la jusqu'à complet rassasie ou faute de quoi, dit-on, on se voit obligé de manger les pavés de l'enfer pour remplir son estomac. Le premier jour de la nouvelle lune de moh'arrem le carnaval avec masques et déguisements commence : il ressemble à celui d'Ouargla. Les imitations du lion, du chameau, de l'autruche ont toujours beaucoup de succès ; on y retrouvé aussi le dragon fantastique,sorte de tarasque dont nous avons parlé à propos de Ouargla. Les principales scènes dramatiques sont le cadi grotesque et le mari trompé, cette dernière se rapportant de préférence a un européen ; on Imite aussi volontiers, dans un esprit de satire, d'ailleurs très discrète, le commandant supérieur du cercle de Touggourt, les officiers du bureau arabe,etc.. Puis défilent les touristes, hommes et femmes, l'anglais en particulier qui braque avec insistance son appareil sur la foule, qu'il groupe préalablement afin d'obtenir un instantané plus naturel. Le marchand ambulant kabyle parcourt les groupes en criant sa marchandise et en débitant une pacotille imaginaire. Puis ce sont des sédentaires singeant les nomades, des nègres revenant du Soudan, des cavaliers revenant de Tombouctou et racontant leurs aventures extraordinaires; plus loin un groupe fait l'exercice militaire a la française, Les fantaisies auxquelles se livre l'imagination populaires ne sont pas d'ailleurs toujours d'un goût parfait : un danseur portant une charogne d'âne bouscule et écarte les curieux grâce aux horions qu'il distribue et à la puanteur qui s'échappe de son fardeau;un autre obtient le même résultat grâce à un derrière postiche hérissé d'épines de palmier qu'il promène à reculons à travers les groupes. L'occupation française n'a apporté que des changements insignifiants au programme de ces drôleries ; quelques coutumes seules ont disparu : à noter entre autres, à Touggourt même, la suppression d'une grande fantasia à ânes qui avait lieu en présence de tous les habitants rassemblés devant le palais du sultan " .

LES PROCESSIONS D'ACHOURA

LES FEMMES ET LES FILLES DOIVENT DETRESSER LEURS CHEVELURES ; SE VERSER DE L'EAU SUR LA TETE , UNE CROYANCE ANCIENNE DIT QUE LE PUITS DE ZEMZEM DEBORDE CE JOUR LA .
TOUT LE MONDE DOIT SE RASASIER ET SE METTRE UN PEU DU HENNE SUR LA TETE .
VERSER SUFFISAMENT D'EAU EN FACE DE LA PORTE D'ENTREE DE LA MAISON .