L'analyse de L'impact des Politiques Agricoles sur la Production des Dattes

L'analyse de L'impact des Politiques Agricoles sur la Production des Dattes

L'analyse de L'impact des Politiques Agricoles sur la Production des Dattes en Algérie par la Matrice d'Analyse des Politiques (MAP)
Benziouche Salah Eddine
Département des sciences agronomiques, Université Mohamed Khider de Biskra
BP 145 RP Biskra 07000 Algérie
E-mail: Sbenziouche@yahoo.fr
Tél: 0698388942
Résumé
Le but de l'étude c'est l'évaluation des politiques de soutien de l'Etats sur la production des dattes à Tolga (Algérie). L'étude a été basé sur les donnés collectées auprès d'un échantillon de 4%. Dans l'étude on a utilisé la méthode de la matrice d'analyse des politique (MAP); L'analyse a illustrée l'absence ou l'insuffisance d'une protection positive pour la production des dattes; Se qui signifie que l'impact des politiques d'Etats est insuffisante et inefficace pour les producteurs. Et que la valeur ajoutée de la production au prix du marché est inferieure de la valeur ajoutée aux prix social. Et par conséquence influe négativement sur la rentabilité financière de l'activité, et décourage sa production par rapport à d'autres activités. Bien que la culture des dattes dans cette région est efficience à ce stade de la filière et elle à un avantage comparatif dans la production des dattes.
Motsclés: Politiques agricoles, avantage comparatif, production, dattes, MAP, impacts
Abstract
The purpose of this study is the evaluation of government policies supporting the production of dates in the region Tolga (Algeria). The study was based on the data collected from the field at a sample of 4%. In the study we used the method of matrix analysis of policy (MAP). The analysis shows, first the lack or insufficiency of positive protection for the production of dates; It means that the impact of state policies is insufficient and inefficient for producers. And that the value added of production at market price is less than the value added to the social price. And consequently therefore affecting negatively the profitability financial of activity, and discourages its production compared to other activities. Although the cultivation of dates is effective at this stage of the chain of this product in this region.
Keywords: Agricultural policies, Comparative advantage, Production dates, MAP, Impacts

1. Introduction

L'intervention du gouvernement dans le secteur agricole a un rôle majeur dans la réalisation des objectifs du développement agricole en Algérie. Ceci se réalise à travers les nombreux outils des politiques agricoles mises en place. La culture du palmier dattier a pris sa part dans cet appui du gouvernement (Benziouche S; 2008). Parmi ces mesures de soutien, on cite la subvention des plantations et des moyens d'irrigation, la distribution des terres aux agriculteurs dans le cadre de la mise en valeur (Belguedj A, 2004), le soutien des producteurs dans le cadre du PNDA (Programme National du Développement Agricole), ainsi que l'octroi des prêts bancaires (Bouamar B, 2009)
En raison de cet appui accordé par l'État pour la culture du palmier dattier, la production a connu une légère augmentation (Benziouche S; 2007). Mais avec la libéralisation du commerce mondial et l'adhésion prévue de l'Algérie à l'OMC prochainement. Le véritable défi, auquel devront faire face les agriculteurs algériens à l'avenir, est de savoir comment réduire les coûts de production pour les produits agricoles, y compris les dattes, et la spécialisation dans certains produits (Benziouche S, 2005). Il s'agit aussi de ne plus continuer à compter sur l'appui du gouvernement pour le soutien de la production des dattes. Donc, la continuité de la production des dattes sera liée à la capacité des producteurs de s'adapter à la concurrence internationale (Benziouche S,.2000).
Notre objectif est l'évaluation des politiques agricoles menées par le gouvernement pour cette culture. Cela se fait par l'analyse de l'impact de ces politiques sur l'utilisation efficace des ressources agricoles, et par la mesure de l'efficacité et l'avantage comparatif de cette culture. Mais aussi d'analyser l'impact des distorsions du marché; Soit des distorsions internes, liées à la structure et les règles du marché, soit des distorsions externes et enfin, de tirer des conclusions et des indicateurs nécessaires aux décideurs pour élaborer des stratégies de production des dattes qui correspondent aux événements internationaux et aux besoins des consommateurs aux niveaux local. (Fredirik L, 2005).
En microéconomie, l'équilibre dans les marchés qui fonctionnent sous le système du pleine concurrence, réalise la meilleure orientation et allocation des ressources, ainsi que le maximum de profit en termes de production totale a fin de répondre aux voeux des consommateurs. Néanmoins en réalité, les marchés ont rarement les qualités nécessaires de la situation de pleine concurrence, ce type de marché est appelé les marchés en distorsions. (Abdel-Aziz, A.I. 1996):.
En cas de distorsions dans les prix du marché il se traduira par une absence d'une meilleure allocation des ressources, et le bénéfice obtenu sera moins au niveau réalisé en cas de d'utilisation des ressources disponibles. Et puisqu'elle est liée à l'impact des politiques agricoles, les décideurs de ces politiques ont besoin de savoir si ces politiques utilisées pour soutenir soit, les intrants de la production agricole ou du produit final et sa protection peuvent conduire à des distorsions sur le marché ou pas. (Hassan, A. H. 1997).
Par la suite on va présenter, la matrice de l'analyse des politiques afin d'expliquer l'ampleur de la différence entre les prix du marché et des prix sociaux, qui sont considères comme preuve de la qualité de l'allocation des ressources ou non. L'objectif principal de son application est d'analyser l'impact des distorsions du marché. Soit des distorsions internes, liées à la structure et les règles du marché, (tels que le monopole, les effets externes et la défaillance des marchés liés à cette structure et ce système). Soit des distorsions externes indépendantes à la structure du marché.

2. Matériel et méthode

2.1. Méthode de la Constitution de L'échantillon D'enquête

La constitution de la base de sondage a été faite en partant des listes établies par les services agricoles.
Nous avons ainsi confectionné les listes des exploitants par interview des notables de chaque zone.
4236 exploitations ont été ainsi identifiées (La Subdivision agricole de Tolga, 2008). Le choix de l'échantillon d'étude a été réalisé sur la base des listes constituées, chacune caractérisée par le nombre de palmiers.
Les exploitations identifiées ont ensuite été classées selon leur taille en distinguant, sur la base de ce qui est communément admis dans la région, les petites (1 à 100 palmiers), les moyennes (entre 101 et 300 palmiers) et les grandes exploitations (plus de 300 palmiers). (Tableau 1). L'enquête a porté sur un échantillon de 4 % de chaque classe ainsi déterminée, tiré de façon aléatoire dans la population de chaque catégorie.

2.2. Description de la MAP

2.2.1. Définition et Rôle de la MAP

La Matrice d'Analyse des Politiques, connu par son abréviation MAP, est une méthode d'analyse relativement récente. Elle consiste pour ceux qui l'ont initiée un outil qui «fournit un cadre organisationnel qui permet de présenter les effets des politiques et de leurs changements sur les incitations à la production ou à la commercialisation. Elle distingue les effets individuels des politiques délibérées à l'échèle micro et macro, ainsi que les dysfonctionnements et autres distorsions du marché» (Monke et al ,1989)
Selon Saoud, B (2005), la MAP fournit un outil séduisant pour les responsables politiques familiarisées des concepts comptables et de gestion et ayant peu de formation en matière d'économie de bien être. Elle utilise des données budgétaires simples recueillies après des producteurs et des entreprises et représente un instrument que l'analyste peut utiliser pour répondre à une série de préoccupation.
Et d'après Richad H.Goldman et AL (1992), la MAP fournit un cadre comptable ordonné pour repérer les effets d'intervention spécifique au fur et à mesure qu'elles s'accumulent aux différents stades de la filière. Les données chiffrées d'une MAP peuvent être aisément maniées pour fournir des mesures adéquates et simples de l'impact des politiques sur l'efficience économique et d'autres objectifs.
La MAP permet de mesurer la divergence entre les prix réels et les prix d'efficience (Food and Agriculture Organisation, 1992). Elle permet aussi de calculer un certain nombre d'indicateurs mesurant l'ampleur de la distorsion et d'évaluer les effets sur l'efficience économique des moyens d'action disponible pour atteindre un objectif déterminé. Elle permet aussi de Mesurer les effets secondaires d'une politique afin de maximiser la cohérence entre objectifs et instruments. Mais aussi, comparer l'efficience et l'avantage comparatif de plusieurs filières ou de différents groupes de producteurs ou de différentes régions (Fredirik L, 2005).

2.2.2. Structure de la MAP

La matrice est construite sur le même principe que la formation d'un budget (Bin Ahmed I et Al, 2007). Elle est basée sur la notion de profit économique défini comme la différence entre revenus et coûts. Ces coûts sont décomposés en coûts d'intrants échangeables et coûts en ressources internes (travail, terre et capital) (Tableau 5). Les revenus, coûts et profit sont mesurés aussi bien en termes de prix courant de marché ou en termes de prix de référence. De ce fait, la MAP se compose d'une ligne aux prix de marché, une autre aux prix économiques et d'une troisième ligne de calcul des écarts existants entre les deux premières (Tableau 3).

En outre, à partir des composants de la MAP, plusieurs coefficients très utiles peuvent être calculés (Abdel-Aziz, A.I. 1996) pour mesurer l'impact des politiques sur les prix et sur l'efficience dans l'utilisation des ressources, comme elles peuvent être utilisées pour comparer l'impact des politiques sur différentes filière. Parmi ces indicateurs, Le Coefficient de Protection Nominale des Outputs, (CPNO), Le Coefficient de Protection des Intrants échangeables (CPNI), Le Coefficient de Protection Effectif (CPE), et le Coefficient de coût en Ressources Domestiques (CRD). Dont les formules, la description et leurs interprétations sont illustrées dans le tableau 4.

2.2.3. Procédures de la Construction de la MAP

2.2.3.1. Mise en place du budget et L'évaluation Sociale des Inputs et les Outputs

A partir des données de notre enquête nous avons ressorti le budget au niveau des exploitations de la production des dattes. Ce budget comprend les coûts et les recettes sur la base des prix du marché pour chaque catégorie d'exploitation ainsi de l'ensemble l'échantillon Et sur la base du prix social nous avons calculé aussi la valeur sociale des intrants et les extrants dans les budgets de l'activité phoenicicole dans ces exploitations (tableau 5) Quand une évaluation sociale des produits échangeables, il est nécessaire de classer les produits d'importation sur la base du prix CIF, et de produits destinés à être exportés sur la base du prix FOB.(Richad H.Goldman et al, 1992).

3. Résultats et Discussion

3.1. Les Résultats de la Recherche

Les résultats de la MAP pour les trois catégories d'exploitations phoenicicoles et de l'ensemble de l'échantillon de la région de Tolga, sont mentionnés dans le tableau 6.

3.2. L'analyse des Résultats de la MAP sur la Filière datte dans la Région

3.2.1. Les Mesures des Bénéfices et des Transferts

Aux prix de marché, les bénéfices qui reviennent aux petits producteurs sont d'environ 4054DA/palmier, soit environ 58% du revenu total, et environ 4397 DA/ palmier pour les exploitations moyennes. Ce qui représente prés de 58.5% du revenu total de ces exploitations en moyenne. Alors que le revenu généré par les grandes producteurs du panel est d'environ 4087 DA/ palmier, soit environ 56% du revenu total (tableau 6).
Néanmoins, le bénéfice obtenu par l'ensemble des producteurs de l'échantillon (tableau 6) avoisine les 4163 DA/ palmier en moyenne, et représentant environ 57% du total des revenus. Il est à noter que les bénéfices sociaux sont positifs dans toutes les catégories d'exploitations, causant un gain social de 9084 DA/ palmier dans la première catégorie, 9148 DA/ palmier pour le deuxième groupe, et environ 9233 DA/palmier pour les grandes exploitations, et 9194 DA/palmier dans l'ensemble de l'échantillon (tableau 6).
En revanche, ces MAP montrent aussi que l'effet net de la politique de développement de la production des dattes, qui est issue de la différence entre les bénéfices privés et sociaux, est négatif.
Ceci n'est que le résultat de l'insuffisance de l'intervention du gouvernement pour le soutien des producteurs ; (Bien que les mesures misent en place à travers le PNDA qui restent insuffisantes ; ou ses résultats n'ont pas vu encore le jour), ou de l'échec du marché en raison de la hausse des coûts sociaux sur les coûts du marché des ressources domestiques, et de la hausse du coût du marché sur le coût social des intrants échangeables.
Par ailleurs, la valeur négative de l'effet net indique que la production est moins rentable pour les producteurs que sur ce qui doit être sans aucune distorsion. Ainsi, selon (tableau 6) le montant des transferts nets de la politique avoisine les -5030DA/palmier dans les petites exploitations enquêtées, et environ -4751DA/ palmier pour les moyennes, et prés de -5146DA pour la troisième catégorie. Tandis qu'elle ne dépasse pas les -5031DA/ palmier du panel.

3.2.2. Les mesures de Protection et D'avantage Comparatif
3.2.2.1. Le Coefficient de Protection Nominale de Production (CPNO)
Ce dernier est inferieur à 1, il varie de 0.58 à 0.61 dans les trois catégories d'exploitations phoenicicoles (tableau 7), ce qui signifie que le prix intérieur de la datte est inférieur au prix de la datte proposée à la vente à l'étranger d'environ 37% à 42%. En d'autres termes le prix intérieur est libre et n'a pas encouragé par l'intervention de l'Etat, et certains acteurs de la filière (producteurs et conditionneurs) gagnent moins que ce qu'ils gagneraient si le produit était échangé librement (tableau 4)

3.2.2.2. Le Coefficient de Protection Nominale des Intrants Echangeables (CPNI)
est autour de 1,13 pour toutes les catégories des exploitations en moyenne (tableau 7), ce qui signifie (tableau 4) que les producteurs supportent les coûts d'achat des intrants échangeables à des prix qui dépassent les prix mondiaux d'environ 13%.
3.2.2.3. Le coefficient de Protection Effective (CPE) est inferieure à 1 pour l'ensemble de l'échantillon, soit 0.57 en moyenne (tableau 7). Cela signifie que la valeur ajoutée de la production de la datte au prix du marché est inférieure à la valeur ajoutée aux prix social avec plus de 0.43% en moyenne. Ce qui indique l'absence ou l'insuffisance d'une protection positive pour la production des dattes (tableau 4). En d'autres termes, l'effet combiné des transferts sur les recettes et sur le coût des intrants échangeables diminuerait le bénéfice du marché au dessous du niveau social ou référence idéale. Donc, nous pouvons constater que le marché de la datte en Algérie bénéficie de la pleine concurrence de manière significative. Ce qui influe négativement sur la rentabilité financière de l'activité et par conséquence décourage sa production par rapport à d'autres activités.
3.2.2.4. Le Coefficient des coûts en Ressources Domestiques (CRD) ou le coefficient de l'avantage comparatif. Il est autour de 0.22 pour toutes les exploitations (tableau 7). Ce qui implique que les coûts (d'opportunité) alternatifs à l'utilisation des ressources domestiques, mesurés aux prix sociaux, sont inférieurs à la valeur ajoutée résultant de la production des dattes qui est mesurée aux prix sociaux (tableau 4). En d'autres termes, l'activité de production des dattes dans les exploitations de la région d'étude est rentable, efficience à ce stade de la filière et elle a un avantage comparatif aux prix de référence et peut générer de la devise étrangère. Ceci s'explique par la diminution des coûts sociaux des intrants échangeables et par le fait que les acteurs utilisent beaucoup de ressources domestiques dans leurs systèmes de production. Ainsi que la diminution des coûts sociaux des intrants échangeables.
Donc, avec un CRD inférieur à 1, l'activité est un peu compétitive et elle sera plus compétitive s'il y aura une régression des coûts sociaux des ressources domestiques. Donc, il est conseillé d'encourager l'extension de la production de ce produit pour l'amélioration de la richesse du pays et une meilleure efficience d'allocation des ressources. Et ceci par la mise en place des politiques commerciales qui offrent aux producteurs un profit privé assez élevé. Cela signifie aussi que l'utilisation d'une unité de facteur domestique dans la production des dattes dans cette région procure 4.51 unité de valeur ajoutée.
La comparaison entre les mesures des bénéfices et des transferts et les paramètres de protection et d'avantage comparatif pour les trois catégories d'exploitations phoenicicoles dans la région de Tolga en 2008 montre la performance et l'efficacité de la production des dattes pour les producteurs des trois catégories, ainsi que pour l'ensemble du panel, suite à la diminution de la valeur du coefficient de l'avantage comparatif de 1 (tableau 7). Comme elle illustre que les résultats de cette analyse sont plus proches (tableau 6). Cependant, les producteurs de la deuxième et la troisième classe sont les plus efficiences.

En effet les producteurs de la deuxième classe tirent les bénéfices privés le plus élevé avec 4396,59 DA/palmier, alors que dans la troisième classe et la première classe ce bénéfice ne dépasse pas 4 053,91 DA/palmier et 4 087,14 DA/palmier respectivement. Dans cette deuxième classe, la communauté tirent un bénéfice sociale de 9148,24 DA/palmier, plus que le bénéfice tiré par la première catégorie estimée de pré de 9083,96 DA/palmier, et moins de la troisième classe de 9233,42 DA/palmier.
D'autres part, les transferts d'intrants non échangeables (ressources domestiques) est moins perte à la communauté dans la troisième catégorie, (32.80 DA/ palmier), que dans les exploitations phoenicicoles de la première et la deuxième classe avec (130.27 DA/ palmier) et (52.10 DA/palmier) successivement. Toutefois, la troisième catégorie a aussi une protection nominale et effective presque égale de la première classe mais moins efficace que les exploitations de la troisième groupes, avec un coefficient de protection nominale de (0.59 A/palmier), tandis que, ce coefficient est de (0.61DA/palmier), dans les moyennes exploitations. En revanche, le coefficient de protection effectif (CPE) de la troisième catégorie est de l'ordre de (0.57), néanmoins il avoisine (0.56) dans la première classe, et (0.59) dans la deuxième.

Conclusion

L'utilisation de la MAP dans les exploitations de la région illustre que l'impact des politiques de soutien de l'Etat pour la production des dattes sur l'efficacité, la rentabilité et la compétitivité du produit est très loin des objectifs tracés, du fait que:
Le coefficient de protection nominale de production (CPNO) est inférieure à 1 (0.58), dans les l'ensemble des exploitations phoenicicoles en moyenne, ce qui signifie que les prix intérieurs des dattes sont libres et n'ont subit aucun encouragement de la part de l'Etat. Tandis que le coefficient de protection nominale des intrants échangeables (CPNI) est autour de 1,13 pour toutes les exploitations en moyenne; ce qui veut dire que les producteurs achètent des intrants échangeables à des prix qui dépassent les prix mondiaux de 13%.
L'absence ou l'insuffisance d'une protection positive pour la production des dattes (prix non subventionnés), ce qui est justifie par la valeur du coefficient de protection effective (CPE<1) pour tout l'échantillon (soit 0.57). Ce qui indique aussi que la protection, résultante des politiques de l'Etat, est insuffisante et inefficace et presque proche du niveau des conditions où ce produit est apprécié dans la concurrence pure et parfaite. Ce qui influe négativement sur la rentabilité financière de l'activité et par conséquence décourage sa production par rapport à d'autres activités.
En outre, la culture des dattes dans cette région est rentable, efficience à ce stade de la filière et elle a un avantage comparatif dans la production des dattes aux prix de référence et peut générer de la devise étrangère (CRD<1). Et elle sera plus compétitive s'il y aurait une régression des coûts sociaux des ressources domestiques. Donc, il est conseillé d'encourager l'extension de la production de ce produit particulièrement dans les grandes et moyennes exploitations qui sont les plus efficiences ; Sauf s'il ya pas d'autres facteurs qui affectent cette activité, comme le facteur d'eau .Ceci dans le but d'améliorer de la richesse du pays et une d'assurer une meilleure efficience d'allocation des ressources.
Cela par la mise en place des politiques commerciales qui offrent aux phoeniciculteurs un profit privé assez élevé pour l'encourager à produire.
D'autre part, si les résultats obtenu par cette analyse est presque semblables pour toutes les catégories d'exploitations phoenicicoles du panel (mise à part quelques petites déférences);
Néanmoins, l'étude a révélé que l'accent doit être mis sur la culture des dattes dans les exploitations à grande et moyenne capacité qui sont les plus efficience et assurent une haute efficacité de la production, et des pertes sociales en moins.
En dernier, on a constaté la grande divergence entre les prix privés et sociaux, et que les intrants utilisés dans cette culture, sont devenu de plus en plus moine subventionnés ces dernières années par l'Etat. Notamment avec la d'évaluation continu de la monnaie national.
Par ailleurs, cette méthode d'analyse n'a indiquée que les effets et leurs mesures et non la cause des distorsions; qui sont surtout dues à l'inefficacité du système de commercialisation qui encourage le transfert des profits aux intermédiaires parfois sa présence non justifiée.

Références

[1] Abdel-Aziz A I, 1996.Comparative Advantage of Palestinian Agriculture (Policy Analysis Matrix Approach). FAO Policy Analysis Training Consultant;3:41-80
[2] Belguedj A, 2004 Analyse diagnostic du secteur du palmier dattier en Algérie: Etude des marches des produits du palmier dattier au maghreb. PNUD ,98p
[3] Benziouche S, 2000 Analyse de la filière datte en Algérie, étude de cas les daïras de Djamaa et Mghaer. Thèse de magister en Sciences Agronomiques, INA, Algérie, 400p.
[4] Benziouche S, 2005 «Les mutations des systèmes de production oasiens dans la vallée de Oued Righ » communication au 17ème symposium de l'IFSA. ROME Italie.
[5] Benziouche S, 2007 « Les impacts socioéconomiques du PNDA dans la vallée d'Oued Righ ». Rev du chercheur Univ Ouargla ,Algérie, 5, 01-05.
[6] Benziouche S, 2008 « L'impact du PNDA sur les mutations du système de production oasien dans le sud algérien ». Revue des régions aride IRA Médenine, Tunisie,21,pp1321-1330.
[7] Bin Ahmed I et Al, 2007 The impact of agricultural policies on the production of wheat In Saudi Arabia: a method of Matrix Policy Analysis. Rev Research. King Saud University; pp116-130
[8] Bouamar B, 2009 le développement agricole dans les régions sahariennes; étude de cas de la région de Ouargla et de la région de Biskra. Thèse de doctorat en science économiques Univ de Ouargla, Algérie, 290p
[9] DPAT, 2008 direction de la planification et de l'aménagement du territoire de la wilaya de Biskra, annuaire statistiques, pp34-37
[10] Food and Agriculture Organisation (FAO),1992 La politique des prix agricoles; le gouvernement et le marché .Document de formation de la FAO, Rome, pp 40-60
[11] FREDIRIK L, 2005 L'étude des avantages comparatifs; Les leçons tirées de l'étude et l'application des recommandations. Cah CIRAD, France, pp 12-37
[12] Hassan A H, 1997 The Impacts of Government Intervention on Agricultural Development in Saudi Arabia: With Price policy Application for Wheat. MSc Thesis, Wye College, University of London, U.K, pp 54-70
[13] Monke et Pearson S R, 1989, The policy analysis matrix for agricultural development. USA Cornell University Press,
[14] Richad H, Goldman et al, 1992 Analyse économique des politiques agricoles. Manuel de formation sur l'analyse par les prix de la FAO. Rome, pp 30-40
[15] Saoud B, 2005 An Economic Analysis for the Effect of AgriculturalPolicies on Wheat Production. in Saudi Arabia:Policy Analysis Matrix Approach. Economic studies King Saud University, pp 45-69
[16] Subdivision agricole de la daïra de Tolga, 2008. Les statistiques agricoles de la région de Tolga.