El Maarouf - Essadaka

<

El Maarouf - Essadaka

mardi 11 mai 2010, 18:07

Le Maarouf dans le sens, il veut dire une collation d'engagement encore cela peut s'expliquer comme une collation promise après la concrétisation d'un voeu ou d'un souhait , notre vie jadis était tellement pleine de Maarouf que le mausolée de Sidi Mohamed Benyahia ne désemplissait jamais , ceux qui avaient promis d'immoler un Aatrous (Bouc) , ceux qui simplement préparer leurs barchoukechs avec des Bouzeloufs , et ceux qui ,plus simple encore ne pouvaient offrir qu' une tasse de café , il y avait au coin un autel ou en immoler les bêtes ,à coté une grosse branche enfourchée en terre sur laquelle en suspend les carcasses avant de les découper ,les familles nécessiteuses n'ont pas grande chose à donner qu'une maigre Reghida ou Haswa blanche , préparée sur les braises de Zirari ou Kernef collecté dans le voisinage . La joie des enfants n'est guère en relation avec cela , elle dépend de la saison , au printemps et été cela leurs permettaient de se faufiler à Tataouine et prendre un brin de toilette avec son eau trés saumâtre , une partie de pêche a la ligne et courir dans les jardin en quête de sauterelles et petits insectes , si c'est l'automne , alors cela coïncide avec la récolte des dattes et l'aumône de dattes que les propriétaires des jardins offraient aux passants , si c'est l'hiver il n y a rien à cirer que de se rapprocher du Kanoun et du feu . Quand le Maarouf est prêt en charge l'un des enfants afin qu'il crie de toutes ses forces 'Ayaoum El Marouf ', 'Ayaoum El Marouf ', 'Ayaoum El Marouf ' Venez à l'aumône , et les Khamas , les passants , les visiteurs du mausolée , les tolbas venaient de tout coin et sortaient de nul part , en se régalait puis en récitait la Fatiha , et tout le monde rejoignait sa maison .

El Fadwa

C'est l'obligation dictée par la tradition du dîner du mort ou Acha el mayet . On invite les tolbas pour la lecture compléte du Coran dites Khatma , le diner leur est servi et ensuite on leur remet les grandes boites de gaufrettes ,une bonne quantité de cacahuètes qu'ils se partagent bruyamment .
Ces Tolbas ont forgeaient une reputation de grands reciteurs de Coran , puisque les lettrés se comptaient aux doigts des mains , ils ne daignaient jamais une invitation , dans l'espoir de gagner les bienfaits de la lecture .