Eddebdba - El Benga

<

Eddebdba - El Benga



Chaque année , la vielle et humble Ma Amicha , une grande dame que j'ai toujours respecter et chéri , prend le taureau par les cornes et décide d'organiser le fameux carnaval de Baba Merzoug en hommage au grand seigneur Merzoug le génie créateur du canon géant Baba merzoug qui à défendu les remparts de la ville d'Alger pendant longtemps .
Je ne me rappelle pas de la saison mais dont je suis certain c'est que cela se passer dans un temps printanier.
La dame en bonne allure s'investie complètement dans son devoir de préparation du carnaval ,en achetant un grand bouc de couleur plutôt noire , et fait en sorte qu'il soit couvert d'un échappe verte , des amulettes et des foulards multicolores autour du cou . En enduis son front et ses pattes avec du Henné .
Les grands adeptes sont convoques d'Ouargla et de Biskra (Ben Saci …etc) . Le jour du carnaval venu , la tournée commence à l'aube en traine le bouc les gens tentent de le toucher ; quelques uns ayant de nouveaux nés les remettent au cheikh pour les égorger ce qui veut dire leurs toucher le front avec un bâton après l'avoir saliver .
La tournée fait la quête d'argent et de produits alimentaires pour assurer la préparation du Maarouf , et en échange on donne du jawi ou du bkhour pour montrer la gratitude. et elle dure pendant toute une semaine dans la joie et la liesse des danses , le dernier jour le bouc est amené sur la grande place et égorgé pour entamer la préparation de la fameuse Zerda .

Une Petite Légende

lundi 9 août 2010, 17:08

Baba Merroug est le " marabout " des Ouarglis. Son édicule est bâti un peu au-delà du lieu-dit Taizirt. Tous les ans, on y va en pèlerinage. Ce jour-là, on doit y égorger un bouc d'un seul coup. Dés que le coup de couteau est donné, on lâche l'animal qui se sauve en courant. Il ne tarde pas d'ailleurs à s'effondrer. S'il tombe loin du sanctuaire, on dit : " L'année sera bonne, le malheur s'est enfui de nous. " On saisit alors la bêle et on la dépouille. Quelques uns font résonner leurs cymbales et dansent. Un autre prend le cœur, le foie et la cervelle de la victime et s'en sert pour préparer une sorte de soupe sans sel, très claire, ou il ajoute une petite poignée de farine. Quand elle est cuite, les assistants en prennent chacun une cuillerée- (Ce qui reste est emporté et distribué dans les maisons comme au " premier de l'an ".
Ce " premier de l'an " est le nom donné à une cérémonie durant Laquelle les Ibadhites sacrifient un âne, chaque année, sur l'emplacement de Sédrata, leur ville d'autrefois.
Cette soupe des Ouarglis porte le nom de arway (mélange). Tous les ans, ils répètent ce geste en souvenir de se qui arriva autrefois a leurs ancêtres venus du desert. N'ayant trouvé ni nourriture ni boisson, ils ne possédaient qu'un peu de farine. Ils parvinrent cependant à un puits du désert. N'ayant pas à leur disposition les ustensiles de cuisine nécessaires, ils jetèrent la farine dans le puits, disant : " Nous avons maintenant, d'un seul coup de quoi manger et de quoi boire". L'un deux descendit dans le puits pour goûter. L'eau l'engloutit. Ses compagnons ne le voyant pas remonter furent jaloux et , craignant qu'il ne mange toute leur nourriture à lui tout seul, ils plongèrent l'un après l'autre. Ainsi tous moururent . Quelle drole d'histoire !

LES GRANDS MAITRES DE DEBDEBA

Dimanche 21 novembre 2010, 09:42

Aujourd'hui , malgré mes problèmes de connexion je me considère comme un être chanceux , personne ne peut savoir la joie qui m'a envahie en recevant cette photo , je remercie mon ami et frère blassa miloud 'Ammar' , 1 er d'avoir pris soin toutes ces années de cette icone , et 2 eme d'avoir penser à moi en me l'offrant pour remémoriser les temps , les esprits et les âmes . cette photo qui est certainement l'unique dans son genre , pour avoir pu figer le temps pour nous transporter aux années 1960 , avec les grands de la benga , mamma amicha a droite pres du bouc beni noir et pare et ammi bensaci d'ouargla , et le jeune hammadi avec son tambour , entre les deux il y a un jeune garçon , devant eux se tienne assis la jeune gamra et un autre petit garçon qui tends sa tête entre la grande dame et bensaci .