Les Grands Artisants de Touggourt

<

Amor Benachoura Hacini


Hacini Amor
Un grand homme de taille et d'esprit , il avait une corpulence imposante et un esprit très vif , un corps très agile et un esprit très sèvre, des moustaches très longues , un crâne toujours rasée .Maçon de profession, il a pose les premières pierres de centaines de maisons et de mosquées à travers Touggourt . Il était réputé être le maçon qui bâter les manoeuvres et ouvriers chaque fois ou il ressent leurs relâchements .Il était aussi réputé de pouvoir bâtir une maison dans des temps records ; c 'était une figure emblématique ,qui tenait aussi le bâton de moise pour le châtiment des adolescents du quartier qui manifestaient un refus ou un manque de respect de leurs parents .Il les suspendait à une boucle au plafond su Sabat et les battait avec le cravache de peau de chameau ; Je suis fière d'être son petit fils .

CHEZ HBARA EL FTAIRI

Saisissez le texte du paragraphe ici

CHEIKH DJEBBAS

Belkadi Ismail

L'un des enfants prodigieux d'Oued righ ,Pionnier dans son domaine , les des enfants du pays qui apaisait les douleurs et soignait les plaies et les blessures , né en 1917 à Touggourt , infirmier de profession ..

BELKACEM HMIDA

Medjoudj Belgacem Ben Hamida a appelé Kacem Hamida né en 1916, décédé en 1982 à l'âge de 66 ans , Combatif et cherchant a se perfectionner il apprit l'architecture et la construction au point où vous pouvez dire qu'il était l' architecte de son temps et a participé à la construction de la plupart des bâtiments monumentaux de Touggourt (comme le chateau d'eau Cercle Hoggar Hôtel et Hôtel Tranzat, la sous prefecture et l'ancienne cour ).
L'artisan depuis 1962 à sa mort, s'était intéressé a la fabrication de matériaux de construction et était le premier concepteur du toub - parpaing en mortier de ciment .

AMMI Chawach , L'humble postier

AMMI CHAWACHE DEBBA L'UN DES PIONNIERS DE LA POSTE ,L'HOMME TOUJOURS SOURIANT ; L'HUMBLE POSTIER A LA BICYCLETTE , RAPPORTANT CHAQUE JOURS LES BONNES NOUVELLES ET LES MANDATS DES RETRAITES ET DES AYANTS DROITS AINSI QUE LES FAMEUSES CARTES POSTALES . IL ETAIT UN BON PERE ET UN HOMME DE PAROLE ET DE CONFIANCE ALLAH YARHMOU .

ARGA LE DERNIER DES CHARRETIERS

jeudi 10 février 2011, 10:32

Arega , le jeune turbulent comme on l'a connu dans notre jeunesse , il a quitté les banc de classe trés tôt , et depuis il a seconde son pére dans son métier de conducteur de charrette , j'estime que Arega et aujourd'hui l'un des derniers et rares charretiers de cette époque , il continu encore la fabrication et l'acheminement du Djebs et tous ce qui rentre dans l'entretien des anciennes maisons .

Samra - Photographe-

Samra

Bellahammou Hocine. Maître potier de Touggourt

Bellahammou Hocine. Maître potier de Touggourt " Je suis né et je mourrai dans l'argile "

En allant de Touggourt vers Souk Tzioua, le marché populaire de Touggourt, vous ne pouvez pas rater la boutique de ammi Hocine. Elles sont encore six devantures d'ateliers de poterie à proposer des produits à l'ancienne. Trois familles sont détentrices de ce savoir-faire ancestral, les Abi Miloud, les Kherfi et les Bellahammou. Notre hôte est né en 1926 et reste actif et vif, sa boutique est modeste mais son principal attrait est le couscoussier de Touggourt et la petite brique jaune rosée typique à Oued Righ, qui revient à la mode grâce au mouvement de restauration et, ne serait-ce que pour cela, notre maître potier mérite le détour.

Ammi Hocine, la poterie et vous c'est toute une vie…

C'est toute l'histoire de ma famille qui a été façonnée par la poterie. J'ai 85 ans et je suis fier de mon métier, hérité de père en fils. Chez les Bellahammou, nous avons toujours vécu de l'argile, les moyens sont modestes mais, Elhamdoulillah, je suis né et je mourrai dans l'argile et je laisserai 4 filles et 2 garçons potiers et beaucoup de petits-enfants nés avec l'argile. Nous vivons sobrement de nos produits qui sont purs, sans additifs chimiques. Les gens aiment encore nos tasses et nos gargoulettes, mais notre produit-phare est le couscoussier.

Le couscoussier en argile... Ce n'est pas démodé, fragile...

Démodé, non, et pas plus fragile que du verre, mais sans doute meilleur pour le couscous, le plat incontournable de Touggourt. Il se décline en plusieurs plats dont le grain de couscous gros, moyen ou fin est la base. Nous fabriquons donc différents formats de couscoussiers. Même la sauce verte de bendrag (pourpier) typique, à Touggourt, se prépare dans le bas du couscoussier en argile. Notre argile est typique, El Magtaâe, la carrière d'argile se situe entre Touggourt et Temacine, nous ne payons que le transport, 500 DA la carriole et 1200 DA le tracteur. Nous utilisons deux quintaux d'argile par semaine pour la confection de gargoulettes, bekharate, drabek, tajines et quelques objets de souvenirs que nous vendons au marché hebdomadaire et dans notre petite boutique.

Vous faites aussi de la brique traditionnelle...

Oui, bien sûr, c'est un produit utilisé par les rares boulangeries traditionnelles de Touggourt et surtout dans la construction. Les gens qui restaurent de vieilles maisons arabes nous l'achètent pour les mosquées, les façades des ksour, mais nous espérons que ce produit soit valorisé et connu sous la dénomination de Touggourt, qu'il soit imposé dans la construction. Elle n'est pas belle cette brique jaune rosé ?

Elle est magnifique et évoque celle de Tozeur ; mais à votre avis, pourquoi Touggourt n'est pas parée de sa brique ? Est-ce un problème de coût ?

La brique de Touggourt est marginalisée et peu connue. Seuls les connaisseurs et quelques autochtones l'utilisent et avec la tendance actuelle à la modernisation, il faut être " mthakef " (cultivé) pour ne pas céder à la pierre taillée et la faïence. Le besoin en briques traditionnelles ne se fait ressentir que quand il y a une vieille bâtisse à restaurer ; là, on en commande en nombre, mais c'est faible et ponctuel. Mais je vous assure que le prix n'y est pour rien, elle coûte 6 DA la petite et 8 la grande.

Votre métier reste artisanal à 100%...

Ma poterie est traditionnelle à 100%, mes enfants ont modernisé les formes, utilisent du vernis et des couleurs, participent aux salons, moi je continue avec les cruches et ustensiles de cuisine à l'ancienne. Comme vous le constatez, l'argile passe par le concassage manuel avant d'être trié et mis à tremper dans le " majen ", la cuve de trempage où il restera deux jours, après il passera dans une autre cuve remplie avec 2/3 d'argile trempé et 1/3 de sable fin. Après, on passe au pétrissage, le façonnage, le séchage puis la cuisson. Pour rentabiliser notre four, nous confectionnons 6 quintaux de produits, dommage que vous soyez passé après l'extinction du feu, les photos n'en auraient été que plus belles.

Mostefa Ghilani

Les des premiers Sapeurs pompiers fils de Touggourt né en 1923 , décéde le 18 Octobre 2003 .

Rabah Souar -Photographe -

Rabah Souar

BAKI DEBBA

SLIMANE LAGRAA CHABAANE

DA LAHMIDI AL HAFFAF - COIFFEUR

AFFOU - BEBBA MED SAID

Tahar Dabou ( Tahar Hadjseyed)infirmier et menuisier

Tahar Dabou

Hamma Tahar Trabelsi,

Sadek Hadjseyed

Brahim Benhamouda

Ali Siwa (Hadri)


Ali Siwa (Hadri)
l'un des hommes et femmes ayant le plus d'honneur d'avoir servis leur communauté , il était infirmier , autodidacte , il a su se rendre utile malgré les difficulté d'intégration et d'assimilation qui existaient . Comme Il a pu devenir l'élément clé de communication médicale entre les autochtones et les médecins français .Il exerçait les soins d'urgence même chez lui , Un grand hommage à cet Homme .

Hamoun et Mandou

Mandou Et Hamoun
Deux figures de Touggourt qui assurait la double fonction méritoire de livreurs d'engrais naturel , organique , bio, et videurs des fosses d'aisance de la citée .
Ils étaient d'une corpulence phénoménale , très forts ,Mandou avait une charrette à mulet , un mulet qui souffrait fort trop d'être au service de cet homme qui semble -t-il ne lui ne lui pardonne ni la paresse , ni la fatigue , ni même d'être un mulet .
Avant d'ouvrir la fosse , ils s'imprègnent d'eau de cologne (Snitra) , arrosent convenablement leurs esprits d'eau de vie pour pouvoir surmonter la puanteur et les odeurs nauséabondes très fortes , ils s'injectaient dedans sans aucune précaution , sans aucune peur des piqûres de scorpions ou morsures de vipères qui survenaient parfois sans trop de dégâts .
L'étourdissement et l'évanouissement par le manque d'oxygène dans les fosses est une constante surtout dans les grandes fosses des grandes familles qui est remédier par les goutte nasale de Gatrane .
Hamoun est le maître incontestable de déblayage de la fosse , quand ils ressortent pour prendre l'air ils sont dans un état lamentable et tellement répugnants que même le maître de la maison ne daigne les approcher.
Ces deux figures sont d'une grandeur incomparable ; ils méritent d'être citer avec tous les honneurs et le respects que leur société leur doit .
Ils ne doivent jamais tombes dans l'oubli .
Allah Yrhamhum .

Ma Mira (Infirmière)

Ma Mira (Infirmière)

Ammi Matras (Bendjeriou)


Ammi Matras
Un homme trés chic et trés modeste , un bosseur de première catégorie , qui a fait presque tout les chemins du désert , lorsqu'il était vraiment désert .Chauffeur de métier ,parmi les tous premiers chauffeurs de la compagnie Devic , il a roulé sa bosse dans toutes les directions , de grands talents , une grande personnalité qui a marqué l'histoire de la ville de la SNTR . Allah yarhmou w yarham tous les travailleurs de cette entreprise morts dans l'oubli et l'ingratitude .

------------------------------------------------------------------------

Bendjeriou Mohamed Seghir, surnommé Khali Matrace par les Tougourtis, est l'un des plus grands routiers du Sahara, une figure emblématique des pistes sahariennes.

Il a été employé de la Compagnie saharienne de l'automobile, dès 1936, et fut découvert par Armand Devic dans les ateliers Tecles où il travaillait comme apprenti mécanicien. Un garçon très intelligent et dévoué, parlant un français correct, disait-on de lui, la cheville ouvrière des ateliers Tecles avant d'être mécanicien chauffeur chez Armand Devic où il s'est lancé dans la découverte du grand Sahara comme chef de convoi puisqu'il conduisait toutes les grandes missions d'exploration de pétrole et minerais. Il a alors lancé le slogan «Suivez ma trace» qui devint son surnom fétiche. Suivez ma trace, et tous les missionnaires obéissaient à cet ordre et suivaient en toute confiance le pionnier du désert «Matrace» pour arriver au bout de leur mission.

Durant ses longs parcours, Matrace s'engouffrait dans la mécanique diesel, adaptait, modifiait, rectifiait et assurait le lien avec les frères Berliet dont la marque de camions dominait la flotte de la Compagnie Saharienne de l'Automobile CSA et dont l'objectif était d'inventer et adapter sa mécanique aux besoins des explorateurs du pétrole en Algérie. En 1958, vint l'idée à Berliet de créer le plus grand camion du monde, un mastodonte de 7000 chevaux transportant une tare de 100 tonnes et roulant sur le grand Erg comme sur la route. Matrace fut son premier conducteur.

Il le pilotait aisément, haut de cinq mètres et toujours suivi par un camion gazelle qui transportait sa roue de secours. Il était sur toutes les pistes et routes du grand Sahara et ne s'est jamais perdu malgré le gigantisme du désert. Impressionné par la découverte du pétrole en 1956, il participa au forage du premier puits de pétrole MD1de Hassi Messaoud. Il racontait qu'après de longs mois de forage, l'équipe allait arrêter l'appareil mais grâce au chef de chantier qui avait insisté, le forage s'est poursuivi pour 24 heures supplémentaires, le délai butoir avant d'abandonner les recherches. Au bout de 8 heures, le pétrole jaillit, la saga du pétrole algérien est née.

Houria Hadji

Bachir Essayah (Horloger)


De son vrai nom , Benchelouia Bachir Sayah né en 1914 décédé en 1987 , le premier horloger natif de Touggourt et cela depuis 1937 .Ammi Bachir Sayah faisait partie intégrante avec son métier il était ponctuel , sévère , serein et surtout trés nerveux , et je croix que le métier d'horloger a profondément influencer ses comportements , Mais il était trés estimé et aimé par l'ensemble de la communauté .

Benothmane Brahim de l'ophtalmologie

Benothmane Brahim de l'ophtalmologie

Bouhouche (Menuisier)

Bouhouche (Menuisier)

Ma Aldjia Mellouah


Une Dame , désolé un grande dame , sage femme , elle a mit pratiquement au monde la plus part des enfants de l'époque , l'oeil vif et perçant , serviable , elle était au service de tous le monde sans aucune distinction , elle offrait ses services sans solliciter aucune récompense , et c'est elle qui m'a mit au monde un 22 Novembre 1959 à Sept heure du matin .Elle est restée lucide et en bonne forme jusqu'a ses dernières heures . Hommage à Ma Aldjia! Sans oublier sa compagne Halima Errebei !

KHABATA

KHABATA

Personne ne peut préparer les fèves comme le faisait Ammi Khabata , Le spécialiste , il avait une petite fosse à l'intérieur de sa petite maison ou il faisait germer les fèves en les enterrant sous le sable de l'erg qu'il aspergeait d'eau pendant trois ou quatre jours , cette opération de gémination libérait le gluten et donnait une saveur spéciale sucrée , puis il faisait ses fèves cuire dans de grosses marmites. C'était de grosse fèves comme il n 'en existe plus . En faisait la queue pour pouvoir bénéficier une "Sabira" de "Foul" .Les voisins passaient leurs commandes la nuit , Amti Nedjma sa femme appréciait les visites des enfants , et les ménageait , en leur servant le "Foul" .
Allah Yarhmak Ya Ammi !

Miguel - Hadjsaid - Guide

samedi 24 avril 2010, 20:49

Ce soir je viens d'apprendre une très triste nouvelle, la mort d'un homme, symbole de la ville.
Un homme qui, durant sa si courte vie , a rendu de si grands services à cette ville grâcieuse.
Il était d'une grande générosité et très hospitalier. Il a été l'un des premiers guides touristiques.
Ami fidèle de mes oncles paternels, inséparable de mon oncle maternel,
je l'ai connu toujours en action, désirant ardemment faire connaître sa ville natale, son berceau ainsi que son métier d'hôtelier.
Adieu Miguel !!!
Toi, tes amis et tes collègues étiez un peu mort depuis le jour où, on vous a demandé de démonter les tentes du monumental Hôtel Bédoin, le monument qui vous accrochait et vous attachait à la vie.
Aujourd'hui, en hommage à ce grand Monsieur, il serait peut être judicieux de repenser la décision de la fermeture de cet Hôtel.
Adieu Miguel.
Adieu mon Ami.
Rabi Yarhmak w Ywasaa Alik

Haddi Chiba

mercredi 29 décembre 2010, 22:08

Haddi Chiba née en 1872 , elle est une grande dame qui a marqué l'histoire de Nezla et de toute une génération . Elle était la nourisse de beaucoup d'enfants et la sage femme qui a mit au monde plus d'une centaine , elle était le médecin du quartier et l'amie du pauvre et du démuni . Son Fils Abdelkader était un Taleb qui avait une grande connaissance des plantes médicinales .

trabelsi el hachemi

Un Trabelsi qui était traducteur et peut etre c'était le seul Trabelsi qui a étudié parmi ses frères :Trabelsi El Hachemi.Allah yerhmou w yehsen ilih.il était trés jovial,calme,généreux et patient.je ne me rappelle pas l'avoir vu ou entendu lever la voix ni à la maison ni dans la rue.
( souad.g)

HADJA KAYMA SAGE FEMME DU VILLAGE TEMACINE

EL HADJ BEN NAALIA CORDONNIER

AHMED KHELFAOUI ARTISANT INSTRUMENTS DE MUSIQUE

BALLA DE TEMACINE ARTISANT BEIGNETS

Hadjsaid un des infirmiers serviables et respectés

BI KADOUR EL MALAKH

Badda Bougafla